Le Cerf-volant : sport professionnel de compétition

0 Comments

Évoquer le sport, renvoie généralement à certaines disciplines très médiatisées comme le foot, le basket, le tennis etc. Les matchs de ces disciplines tiennent en haleine des milliards de spectateurs. Ceux-ci ont même trouvé le moyen de rentabiliser leur passion à travers des paris sportifs. Pourtant, ces disciplines populaires ne sont pas les seules capables d’offrir du spectacle et des gains aux paris. Il y a de nombreux autres sports peu connus du public qui méritent également un engouement populaire. C’est le cas du cerf-volant, une compétition sportive qui possède plusieurs disciplines haletantes sur lesquelles il est également possible de parier. Cet article met en relief quelques-unes de ses disciplines.

Le cerf-volant acrobatique

Parmi les nombreuses disciplines sportives qu’on peut pratiquer avec le cerf-volant, il y a le cerf-volant acrobatique. Il requiert le déploiement d’intenses efforts physiques pour la réalisation de figures chorégraphiques. Au nombre de ces figures, on peut citer la Tortue, l’Axel, le Fade et le Backspin. La première figure (la Tortue) consiste à réaliser un passage à même le dos avec le nez au loin.

Quant à la seconde, (l’Axel) elle donne lieu à une rotation complète réalisée par le sportif à plat sur son ventre. En ce qui concerne la troisième figure (le Fade), elle permet au pratiquant de mettre son cerf-volant sur son dos de sorte à faire face à son pilote. La figure du Backspin débouche sur un mouvement rotatif autour de la barre axiale avec le nez orienté vers le pilote.

Pratiquer ce sport nécessite souvent l’obligation de courses et ou de gestes rapides et harmonisés. Généralement, faire du cerf-volant acrobatique passe par l’exercice d’un geste appelé le « fouetté » de lignes. Il s’agit d’une technique rapide qui fait mouvoir les mains de l’athlète vers l’arrière et vers leur position initiale instantanément. Bien sûr, le tout se déroule dans une parfaite symbiose qui fait avancer ou reculer.

Ce sport est très spectaculaire et attire de plus en plus de fans. Pour y réussir, l’athlète pratiquant doit faire preuve d’un important investissement physique. Par ailleurs, il faut disposer aussi d’une originale capacité de coordination.

La vitesse de cerf-volant

Une autre discipline sportive dérivant du cerf-volant est la vitesse. Comme son nom peut l’indiquer, ce sport professionnel consiste à faire courir le plus vite possible son cerf-volant sur une distance donnée. Les performances de vitesse se mesurent à l’aide de radar ou au moyen de systèmes artisanaux. Au tournoi de Dieppe de 2005 par exemple, la vitesse s’apprécie par le biais d’une « mire » faisant 10m de largeur représentée par deux poteaux à la verticale. A cette mire, se rattache une webcam capable de filmer 60 vues la seconde lors des passages des sportifs. Grâce à un logiciel spécifique de traitement, les temps de parcours de chaque sportif sont mesurés pour obtenir la vitesse.

Très en vogue en Allemagne, cette discipline sportive du cerf-volant reste attrayante et tient en haleine un public de plus en plus large. En témoigne l’engouement général que suscitent les championnats d’Allemagne organisés dans cette discipline en 2009, en 2010 et en 2012.

Le combattant

En compétition sportive, on peut aussi pratiquer la discipline du combattant avec le cerf-volant. Ainsi, le cerf-volant de combat se décline généralement en deux variantes. D’une part, il y a le combat de Rokkakus qui consiste à faire gagner le dernier joueur dont le cerf-volant se trouve encore en l’air après avoir décollé en même temps que les autres concurrents. Spécialité japonaise qui se caractérise par une grande violence physique, le Rokkakus admet tous les coups. D’autre part, il y a le combat indonésien à travers lequel s’affrontent de nombreux pilotes de cerfs-volants aux moyens de fils coupants.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *